Investir Vs. Jeux d’Argent : Où votre argent est-il plus sûr ?

By | December 3, 2018

De nombreux sceptiques, et des légions de gens qui n’ont jamais investi auparavant, considèrent l’investissement comme une autre forme de jeu. Cette opinion largement répandue, mais mal fondée, en a empêché trop de profiter des avantages financiers d’un investissement judicieux dans l’économie qui, en général, à long terme, a été rentable.

Bien qu’il puisse y avoir quelques similitudes superficielles entre les deux concepts, une définition stricte des deux termes révèle les principales différences entre eux.

Un dictionnaire standard définit “investir” comme suit : utiliser de l’argent, via un achat ou une dépense, dans quelque chose qui offre des rendements, en particulier des intérêts ou des revenus. Le même dictionnaire définit le terme “pari” comme suit : Action de jouer à n’importe quel jeu de hasard pour les enjeux. Parier ou risquer de l’argent, ou quoi que ce soit de valeur, sur le résultat de quelque chose impliquant le hasard.

Jeux de hasard et d’argent

Bien que les définitions ci-dessus puissent sembler similaires, les réalités ne sont pas les mêmes. Dans les jeux de casino, la “maison”, ou le casino, a un avantage mathématique sur le joueur. Il y a fort à parier qu’à long terme, le joueur perdra.

Les cotes peuvent varier légèrement d’un casino à l’autre, et pendant les initiatives promotionnelles ; mais en général les cotes de tous les jeux reflètent le désavantage du joueur aux jeux par rapport au casino.

Dans les paris sportifs et les paris sur les courses de chevaux, les cotes sont également faites de façon à être contre le parieur. Parier sur les chevaux est en fait un pari contre d’autres parieurs, parce que les cotes sont déterminées par le montant d’argent parié sur chaque cheval. Après les taxes et l’argent pour la piste de course sont déduits du montant misé sur les chevaux gagnants – le premier, le deuxième et le troisième finaliste dans la course – l’argent restant est divisé entre les personnes qui parient sur ces chevaux. Mais le favori dans chaque course ne gagne en moyenne qu’un tiers du temps.

Dans les paris sportifs, un parieur doit verser un montant supplémentaire en plus du montant de la mise, qui est conservé par la “maison”. Cette commission supplémentaire, “vig” ou “vigorish”, comme l’appellent les joueurs, est conservée par la maison, que le parieur gagne ou perde.

Sur la base des faits cités ci-dessus, le jeu en général semble être un mauvais investissement et un pas un moyen sur rentabiliser son argent , et le joueur est désavantagé, peu importe son intelligence. La chance, le facteur X, peut favoriser le joueur pour un seul pari ou pour une longue série, mais finalement il perdra probablement sur le long terme car la chance est inconstante et imprévisible.

Voyons maintenant en quoi l’investissement diffère du jeu.

Investir

Quand tu joues, tu ne possèdes rien. Lorsque vous investissez dans une action ou dans un fonds boursier, vous détenez une part de la ou des sociétés dans lesquelles vous avez investi. Si l’entreprise est rentable et distribue des dividendes, vous en bénéficiez financièrement. Si le prix de l’action ou des actions que vous possédez augmente, vous pouvez vendre à profit. Bien que le marché boursier ait fluctué à la hausse et à la baisse au fil des décennies, la tendance générale a été à la hausse. Les investisseurs qui achètent et détiennent des actions ont donc été récompensés par des profits.

Les investisseurs qui investissent dans des titres de sociétés de premier ordre ou des obligations garanties d’un gouvernement ont également réalisé un profit à long terme avec peu ou pas de risque. Des investissements immobiliers bien choisis, principalement dans le logement résidentiel, ont également pris de la valeur.

Ainsi, malgré les hauts et les bas périodiques, le marché boursier, les obligations des gouvernements et les placements immobiliers bien choisis ont été généralement rentables au fil des ans. Néanmoins, tout conseiller financier avisé vous dira que le rendement passé n’est pas garant du rendement futur. La tendance est toutefois apparente : les placements en actions, en obligations et en biens immobiliers, s’ils sont détenus à long terme, sont généralement rentables.

Cependant, un portefeuille diversifié en est l’élément clé. Une combinaison de divers produits de placement protégera l’investisseur contre un ralentissement dans un ou plusieurs secteurs de l’économie.

Quand nous examinons les données boursières sur une période de 10 ans, de 2000 à 2009. Les chiffres montrent que les augmentations du marché l’emportent largement sur les baisses.

Malgré la crise de 2008, le marché boursier avait rebondit en 2009 avec sa meilleure année depuis 10 ans: voir le rapport sur boursier.com