Le chiffre d’affaires du deuxième trimestre de Raketech chute

raketech logo

Le Groupe Raketech, spécialiste du marketing en ligne, a enregistré une baisse de 6,1% de son chiffre d’affaires au deuxième trimestre 2019 par rapport à la même période de l’année précédente, bien que la réduction des coûts lui ait permis d’augmenter sensiblement son bénéfice pour la période.

Le chiffre d’affaires au 30 juin s’élève à 5,7 M€ contre 6,0 M€ l’année précédente. Cette baisse est imputable à la baisse des valeurs des acteurs sur le marché suédois, ainsi qu’à un changement dans les flux de revenus qui a vu la contribution du coût par acquisition (CPA) baisser de 9,2% à 4,5 M€.

Cette évolution a toutefois été partiellement compensée par l’augmentation de la part du chiffre d’affaires, qui s’est élevée à 1,1 M€ au cours du trimestre, en hausse de 8,7 % par rapport à l’année précédente.

Le deuxième trimestre a également souffert par rapport à 2018, lorsque le chiffre d’affaires avait été stimulé par des facteurs externes tels que la Coupe du Monde de la FIFA et le lancement des casinos équipés de la solution Pay N Play de Trustly pour l’intégration et les paiements (plus d’infos).

Cela n’a pas eu d’impact sur le trafic livré aux partenaires, le nombre de nouveaux clients faisant des dépôts ayant augmenté de 21,7 % à 24 974.

Malgré la baisse du chiffre d’affaires du deuxième trimestre, Raketech a vu ses coûts baisser, principalement en raison de l’exercice précédent, dont 1,4 M€ de dépenses liées à son introduction en bourse. Cela a permis de compenser l’augmentation des charges liées au chiffre d’affaires à 604 000 euros et des dotations aux amortissements à hauteur de 907 000 euros.

En conséquence, le résultat opérationnel progresse de 29,3 % à 2,0 M€. Le résultat financier passe lui de 1,3 M€ à 209 K€ et malgré la hausse de l’impôt sur les sociétés, bien qu’à partir d’une base faible, le résultat net du trimestre passe de 179 K€ au 2ème trimestre 2018 à 1,7 M€.

La baisse du chiffre d’affaires au deuxième trimestre a eu peu d’impact sur la performance de Raketech au premier semestre, avec un chiffre d’affaires en hausse de 31,7% à 14,4 M€. Le chiffre d’affaires semestriel a été augmenté d’un gain de 2,3 M€ sur une dette envers des parties liées qui a été annulée au premier trimestre de l’année.

Hors cet effet, le chiffre d’affaires s’établit à 12,1 M€, en hausse de + 10,8 % par rapport à l’année précédente, grâce à la forte croissance des nouveaux clients qui ont fait des dépôts sur l’ensemble des secteurs d’activité.

Sur le semestre, les charges s’élèvent à 7,3 M€, en légère hausse par rapport à l’exercice précédent. L’absence de charges liées à l’introduction en bourse sur la période ayant été compensée par la croissance des charges liées aux revenus et des amortissements.

Grâce à l’augmentation du chiffre d’affaires, le résultat d’exploitation s’est nettement amélioré, à 7,1 M€, soit près du double de celui du premier semestre 2018. Une nouvelle réduction significative des charges financières de 495 000 euros a permis de compenser l’augmentation des impôts, laissant un résultat net de 6,4 M€ contre 1,1 M€ l’année précédente.

Michael Holmberg, PDG de Raketech, est resté optimiste quant aux perspectives de Raketech en Suède, bien qu’il ait admis que la croissance du marché avait « stagné » au premier semestre. Il a déclaré que des conditions d’exploitation difficiles entraîneraient probablement le retrait d’un certain nombre de titulaires de permis, ce qui permettrait à l’entreprise, en tant que partenaire des plus grands exploitants, d’y jouer un rôle plus important. L’accent principal, a-t-il ajouté, a été mis sur l’expansion internationale.

« Nous sommes constamment à la recherche de nouvelles façons d’utiliser notre expertise et d’optimiser les produits existants afin d’élargir notre portefeuille et d’étendre notre présence sur de nouveaux marchés « , explique M. Holmberg. « Nous sommes activement à la recherche d’occasions d’acquisition et, en tant que société sans dette, nous sommes bien placés pour acquérir des actifs qui renforceraient nos activités. Nous sommes sélectifs, mais nous rencontrons continuellement des cibles d’acquisitions intéressantes comme le site la fiesta casino qui enregistre de belles performances sur le marché français. »

Si l’entreprise venait à racheter la Fiesta ça serait la deuxième fois que Raketech fait le coup. La société a déjà fait de même au Canada avec son site CasinoFever.ca. Elle vise également d’autres marchés européens, l’Asie et l’Amérique du Nord.

En conclusion, Holmberg a dit : « Nous nous concentrons sur l’acheminement du trafic vers les grands opérateurs bien établis, avec lesquels nous entretenons des relations solides et fructueuses.

« Grâce à notre modèle d’affaires évolutif, nous continuons de mettre l’accent sur la rentabilité à l’avenir, en combinaison avec l’expansion géographique mentionnée précédemment et la stratégie d’acquisition sélective. J’ai confiance en notre avenir et je crois fermement en notre stratégie à long terme. »

Plus d’information sur le groupe Raketech : https://www.bloomberg.com/quote/RAKE:SS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *